Recherche
Abonnez-Vous
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
34 Abonnés
 ↑  
JMO-1914 à 1919
 ↑  
Découvrir
 ↑  
Amicale 45e RI
 ↑  
Historique du 45e RI
 ↑  
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER
Chantal KOOB/LEFIN
Paul LEFIN

 ↑  

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://45eri.lescahiersdhistoire.net/data/fr-articles.xml

8 Décembre 1915


1 - Bataillon OLIVIER – C.M – C.M.B

Dans la nuit du 7 au 8, le Lieutenant Colonel MOREL reçoit à son bivouac de MILETKOVO l’ordre général n°39

1°) - Les attaques de l’ennemi débouchant de PETROVO  et de la région au nord de ce village ont été repoussées.
Toutefois quelques éléments bulgares semblent avoir progresser légèrement sur la rive droite de la PETROVSKA à l’ouest de GABRES.

Aucun changement sur le front de la 243e brigade.

2°) - La mission de la division est de permettre au repliement des troupes venant du nord de la 57e et de la 156e D.I. et de leurs impedimenta de s’exécuter par la voie ferrée et par la piste de la rive ouest du VADAR.
En conséquence, elle doit tenir coute que coute jusqu’à nouvel ordre, la tète de pont de GRADEC – Monastère SAINT NICOLAS, les hauteurs à l’ouest du VARDAR, du monastère St NICOLAS à la vallée de la PARDOVICA incluse, en se reliant de ce coté avec les troupes envoyées de GUEVGUELI dans la vallée de SERMENLI.

3°) - Répartition du front et organisation du commandement :

Le front sera divisé en trois secteurs.
    Secteur du Colonel TOPART P.C Station STRUMITZA.
Le Colonel TOPART disposant de toute sa brigade  (moins 1 bataillon du 284e) et du groupe ad….  tiendra la tête de pont de GRADEC dans les conditions précédemment fixées et les hauteurs sud ouest du monastère St NICOLAS
    Secteur du Lieutenant Colonel MOREL P.C MILETKOVO ou MIROVCA

Le Lieutenant Colonel MOREL disposant du 58e bataillon de chasseurs à pies, du bataillon OLIVIER du 45e, du bataillon HOVASSE du 284e et d’une batterie de la 57e D.I. actuellement en position au sud ouest de MIROVCA tiendra la vallée de la PETROVSKA et les hauteurs à l’ouest de MIROVCA entre cette vallée et la vallée de la SEMENSKA (exclu).
    Secteur du Lieutenant Colonel VIGNIER  P.C SMOKVICA

Le Lieutenant Colonel VIGNIER disposant du 148e, du bataillon BAUDOIN du 45e porté cette nuit vers SMOKVICA, de trois batteries de montagne : deux de la 122e D.I. (batterie DIJEN et batterie GUILLOTEREAU) et une de la 57e D.I., l’escadron divisionnaire dans la région de la cote 720 devra se constituer un front inviolable sur la ligne de hauteurs comprise entre la vallée de la PARDOVICA incluse et celle de la PETROVSKA exclue, à hauteur de KOVANEC.
4°) – Liaisons
    Entre le secteur du Colonel TOPART et le secteur du Lieutenant Colonel MOREL sur les hauteurs au nord ouest de MIROVSKA
    Entre le Lieutenant Colonel MOREL et le Lieutenant Colonel VIGNIER sur les pentes sud de la PETROVSKA (au moyen des éléments du bataillon OLIVIER maintenu dans cette région)
    Entre le Lieutenant Colonel VIGNIER et les troupes de la vallée de SERMENLI vers la hauteur 720 (assurée par l’escadron divisionnaire)
5°) – Réserve de la division
    Bataillon CURIE du 45e MILETKOVO
    Compagnie du génie 2/14 et 2/64 à SMOKVICA
    Groupe BAILLI sur les positions actuelles et avec la mission actuelle. Savoir : tenir sous son feu la vallée du VARDAR vers le nord, celle de la PETROVSKA vers l’ouest et les hauteurs à l’est de GABRES.
    Compagnie de dépôt de la 243e brigade à SMOKVICA. Le bataillon CURIE aura  partir de 8 heures un agent de liaison au Q.G.
    P.C du Général commandant la division   SMOKVICA
    Liaisons téléphoniques : postes de division  STRUMITZA  MIROVSKA  MILETKOVO  SMOKVICA

N.B    Il est bien entendu que sur chaque position conquise les troupes devront s’organiser de manière à tenir coute que coute.
    Les batteries de montagne de la 57e D.I. devront être libérées et dirigées sur GUEVGUELI.
Celle du secteur MOREL lorsqu’elle aura été relevée par la batterie de montagne de la 122e division non arrivée encore.
Celles du secteur VIGNIER lorsque les deux batteries déjà arrivées avec le Commandant PETIOT auront pu être mises en action. »

Le front est tenu selon le dispositif indiqué précédemment à la journée du 7 ; mais le 58e bataillon de chasseurs a été renforcé à sa droite de deux compagnies du bataillon HOVASSE qui doivent entrer en liaison par leur droite avec la 243e brigade.
Deux autres compagnies restent en réserve près du col de MIROVKA
Le Lieutenant Colonel MOREL se porte à MIROVKA où il établi son P.C pour la journée. Un examen rapide de la situation effectué de concert avec le Commandant STRAUSS  (ancien Commandant du secteur) fait ressortir que la compagnie de gauche du bataillon de chasseurs et deux compagnies du bataillon OLIVIER sont très en pointe par rapport à la ligne de défense. Le Lieutenant Colonel prescrit qu’en cas d’attaque par des forces supérieures  que ces éléments se replieront sur une ligne tenue à l’avance par des fractions placées à 500 m en arrière.
Il donne l’ordre à la C.M. bivouaquée à MILETKOVO de se rendre à MIROVKA. De là elle sera dirigée en réserve au col de 500 m à l’ouest de MIROVKA.

Dés 7 heures commence la canonnade suivie d’une vive fusillade. L’attaque de l’ennemi est violente. Ses assauts sont successivement repoussés devant le front des compagnies RAUSCHER et LAPIERRE du bataillon OLIVIER. Nos hommes laissent les bulgares arriver jusque dans les fonds puis par des feux d’enfilade les fixent et leur font subir d’énormes pertes. Trois compagnies sont ainsi décimées.
La batterie de montagne, placée à l’ouest de MIROVKA, a contribué puissamment à la défense en tirant dans les ravins situés entre PETROVO et GABRES.
Vers 12 h les bulgares tentent à nouveau un violent effort que le bataillon STRAUSS a peine à maintenir. Sa droite doit même se replier légèrement.
Informé téléphoniquement de cette situation, le lieutenant colonel MOREL prescrit à 12 h 20 au Commandant HOVASSE d’envoyer immédiatement une compagnie de réserve à la disposition du Commandant STRAUSS au gué de PETROVO puis ½ heure plus tard il envoi au Commandant HOVASSE l’ordre suivant :
 « Le bataillon STRAUSS se trouve fortement engagé vers sa droite. Envoyez votre seconde compagnie de réserve à sa disposition au gué de PETROVO et prenez le commandement du groupement qui sera formé par vos deux compagnies sur la droite du commandant STRAUSS. »
Deux régiments bulgares sont de plus signalés en marche vers DAVIDOVO. Devant cet effort une fraction du 284e doit quitter ses emplacements vers 14 h ce qui entraine l’occupation de la 2e position.
Devant l’attaque violente de l’ennemi, le Lieutenant Colonel a demandé téléphoniquement du renfort à la division. Le Général BAILLOUD envoie d’urgence deux escadrons à pied du 13e chasseurs qui seraient embarqués à la gare de DAVIDOVO. Ils partent sans sacs dans la direction de MIROVCA où ils arrivent à la nuit.

Note au Colonel TOPART
« A 15 h 45 le 8 décembre, le colonel commandant la 243e brigade  fait connaitre au Lieutenant Colonel MOREL que toutes ses troupes ont du être employées pour faire face à une attaque bulgare violente sur la rive gauche du VARDAR. Il n’a donc plus aucun élément disponible pour renforcer les 2 compagnies qui se trouvent à l’aile gauche des chasseurs et paraissent avoir subit une violente attaque de la part des bulgares signalés comme se dirigeant DAVIDOVO.
Le groupement MOREL ne pourrait-il faire lui-même quelque chose de ce côté ? »

Le mouvement de repli sur la 2e position peut s’effectuer assez facilement grâce surtout à la compagnie RAUSCHER qui donne l’exemple de la plus brave ténacité et aide ainsi grandement à la bonne exécution du mouvement. L’ennemi éprouve des pertes considérables et nos feux arrêtent sa progression.
De nouveau des forces importantes bulgares sont signalées dans la direction de DAVIDOVO et leurs éléments en nombre cherchent à se glisser dans les ravins  entre MIROVCA et DAVIDOVO. Devant la menace d’une nouvelle attaque violente, le Lieutenant Colonel MOREL demande à nouveau téléphoniquement du renfort à la division à SMOKVICA. Il envoi à 16 h l’ordre suivant au Commandant HOVASSE

« Le Commandant HOVASSE prendra le commandement des unités du 284e et du 58e  bataillon de chasseurs (5 sections) qui se trouvent à la droite de la compagnie BRUNOT du 58e bataillon de chasseurs. En outre il disposera :
1-    D’un peloton de la compagnie VIDAL  du 284e qui était soutient d’artillerie.
2-    De 3 escadrons à pied dirigés de DAVIDOVO  sur les pentes à l’ouest de DAVIDOVO
Avec ses éléments il s’installera fortement sur le terrain et repoussera toute attaque sur DAVIDOVO (des forces ennemies assez importantes ont été signalées comme se dirigeant vers ce point)
Maintenir la liaison la plus étroite entre le 58e bataillon de chasseurs et le groupe GHUI----  de la 243e brigade. »

Puis il envoie un gradé à la rencontre du Capitaine ANIZOLI des escadrons à pied avec l’ordre ci-après :
« Avec vos escadrons, mettez vous à la disposition du commandant HOVASSE du 284e. Je vous envoie un officier pour vous guider. »

Le lieutenant colonel reçoit d’ailleurs peu après, du capitaine ANZOLI le message suivant :
« Arrivé avec 1 escadron ½ sur 2e crête nord de MIROVCA. Pousse 1 peloton en avant dans la direction du ravin orienté nord est – sud ouest qui longe à environ 2 km le pied nord des croupes au sud ouest de MIROVCA.
Ce peloton est en liaison avec une section de chasseurs à pied. Demain dès l’aube, je pousserai ma troupe dans cette direction.
Partis sans sacs sur l’ordre du Général BAILLOUD mes hommes n’ont aucun approvisionnement en vivres. L’officier de liaison m’avait promis de m’en envoyer.
J’ai laissé un brigadier et deux cavaliers sur la route le long de la voie pour diriger les approvisionnements s’ils me sont envoyés. »

A 17 heures environ, le Lieutenant Colonel MOREL a reçu du Commandant BERECKI le message suivant :
« Rien de nouveau pour le moment. Toutefois les bulgares paraissent garnir les crêtes que j’occupais précisément avec mes deux compagnies de droite. L’artillerie pourrait y tirer avantageusement. »

Le Commandant CURIE signale que deux fortes colonnes bulgares avec de la cavalerie s’avancent sur la rive droite du VARDAR.

« Au dernier renseignement, l’ennemi occupe les premières crêtes au nord ouest de ma ligne, au-delà de ma compagnie de gauche ? »

Puis vers 17 heures le commandant BERECKI  fait savoir que la compagnie de gauche du bataillon OLIVIER, la compagnie LAURENS, qui devait être en liaison avec la droite du bataillon BERECKI, vient de se replier. De ce fait il se trouve en l’air et peut être obligé de se replier lui-même si on ne porte rapidement remède à la situation.
Le Commandant OLIVIER a qui il est demandé téléphoniquement  des renseignements, fait savoir qu’en donnant des ordres consécutifs au repli précédemment indiqué du bataillon de chasseurs, il s’était aperçu qu’une fraction de son bataillon, chargée de la liaison avec le 148e, battait en retraite sans ordre. Il s’était immédiatement porté de ce coté et, réparant l’erreur du Lieutenant LAURENS, avait bouché le trou et rétabli la ligne à l’aide de deux sections de réserve commandées par l’adjudant chef PERRAULT.
Il est signalé à nouveau au Lieutenant Colonel MOREL que de forts détachements cherchent à s’infiltrer dans le ravin entre MIROVCA et DAVIDOVO.

Vers 18 heures, message du Commandant HOVASSE :
« Une de mes sections de première ligne vient de se faire enlever par les bulgares. Il existe par suite un intervalle non gardé entre les pionniers du 45e RI et la compagnie LERNAY qui n’a plus à sa disposition qu’une seule section.
Je demande immédiatement le renfort de l’escadron de chasseurs à cheval pour garnir la crête et rétablir la situation dès demain matin. »

A 18 h 10 ordre du Lieutenant colonel MOREL au Commandant HOVASSE :
« Il a été signalé dans l’après midi qu’une force importante de bulgares glissait dans le ravin situé entre MIROVCA et DAVIDOVO
Prière de bien vouloir faire préciser par le Commandant de compagnie du 284e s’il a maintenu sa liaison avec la compagnie du 284e et la compagnie LIBERMAN ( ?) d’une part et les éléments du Colonel GUILLIERS d’autre part.
Ces renseignements sont demandés d’urgence par la division afin de déterminer si les éléments bulgares ont pu s’infiltrer dans nos lignes. »

Puis le Lieutenant ROQUES du Bataillon HOVASSE arrive au P.C du Lieutenant Colonel MOREL. Ce dernier d’après les renseignements apportés par cet officier envoie au Commandant HOVASSE l’ordre suivant :
« Il m’est rendu compte par le Lieutenant ROQUES que les deux pelotons du 284e de la compagnie HERBAULT ont été bousculés et que les bulgares ont occupés l’emplacement tenu par cette compagnie. Me rendre compte immédiatement de la situation avec la compagnie que vous avez, rétablissez la liaison complète. Votre mission doit être maintenue à tout prix. Rendez moi compte des dispositions que vous comptez prendre dans ce but. »

Mais l’escadron à pied ANIZOLI est arrivé à temps dans le ravin au nord de MIROVCA pour arrêter l’infiltration bulgare. La division fait connaitre téléphoniquement au Lieutenant Colonel MOREL qu’elle envoie d’urgence le bataillon CURIE de MILETKOVO en renfort à MIROVCA. Une estafette est envoyée à la rencontre du Commandant CURIE avec l’ordre suivant :
« La division le fait connaitre que votre bataillon est mis à ma disposition. Faites le bivouaquer près de la piste à l’entrée de MIROVCA jusqu’à demain 3 heures où il prendra les armes. Portez vous de votre personne et avec un officier par compagnie à mon P.C. pour recevoir les instructions sur la mission que vous aurez à remplir.
Je vous envoie deux cyclistes pour vous conduire. »
 
Le reste de la nuit sera relativement calme. Les Bulgares, après les très fortes pertes éprouvées dans la journée, n’envoient plus que des reconnaissances pour tâter notre ligne. Elles seront constamment repoussées.
Vers minuit, réception de l’ordre général n°40 dont voici la première partie :
I.    Malgré les attaques violentes de l’ennemi la 243e brigade et le groupement MOREL ont maintenu les Bulgares.
II.    Conformément à un ordre télégraphique du Général Commandant en chef la 122e D.I tiendra coute que coute sur ses positions.
Son honneur y est engagé.
III.    Demain même dispositions que pour la journée d’aujourd’hui.
IV.    Emploi de la réserve de division :
1°) Le bataillon CURIE se portera dès le reçu du présent ordre à MIROVCA à la disposition du Colonel MOREL commandant le secteur du centre
Il importe que demain avant le jour ce bataillon soit en place de manière à constituer un front inviolable sur les hauteurs à l’ouest de MIROVCA et de DAVIDOVO et à assurer une liaison absolue entre la droite du groupement MOREL et la gauche de la 243e brigade / 284e
2°) La batterie du groupe BAILLI en position pour battre vers le nord de la vallée du VARDAR devra, tout en restant dans la région de MILETKOVO, se mettre en mesure d’agir au besoin sur les hauteurs comprises entre MIROVCA et DAVIDOVO pour appuyer les troupes du secteur MOREL   
3°) Compagnies du génie 2/14 et 2/64 et compagnie du dépôt de la 243e brigade maintenues à SMOKVICA.
V.     Q.G de la division à SMOKVICA.
VI.    Liaisons téléphoniques : poste de liaison SMOKVICA  MILETKOVO  MIROVCA STRUMITZA

Cet ordre sera annulé peu de temps après par l’ordre n° 41.

2 - Bataillon CURIE

Le 7 au soir le 2e  bataillon, dont le Commandant CURIE a pris le commandement, bivouaque à MILETKOVO avec ordre, pour le 8, de former réserve de la division.
Le 8 au matin le bataillon reste à MILETKOVO prêt à prendre les armes. A midi le Commandant CURIE reçoit de l’E.M de la division, l’ordre téléphonique de se porter immédiatement à SMOKVICA puis ordre verbal du Commandant COURTIN chef d’E.M de la 122e D.I de placer le bataillon au nord  et près du piton situé à environ 500 m au sud est de SMOKVICA. Le bataillon se déplie dans les ravins prenant naissance à ce piton.
A 15 heures ordre verbal du Commandant COURTIN de retourner immédiatement à MILETKOVO, la situation paraissant s’aggraver vers PETROVO. A MILETKOVO le bataillon devra recevoir de nouveaux ordres.
Le bataillon CURIE s’y installe au bivouac et fait la soupe.
A 20 heures ordre téléphonique, confirmé par une estafette de la division, de se porter sans délai sur MIROVCA. Le chef de bataillon devra de sa personne devancer son bataillon pour aller se mettre aux ordres du Lieutenant Colonel MOREL, commandant le secteur de MIROVCA.
Pertes pour le 45e : 4 tués – 21 blessés – 7 disparus.
3 mitrailleuses de la C.M.B ont été mises hors de service par l’artillerie.

3 – Bataillon BAUDOIN

Le commandant BAUDOIN qui, dès la veille au soir, est parti avec son bataillon pour SMOKVICA se placer sous les ordres du Lieutenant Colonel VIGNIER, reçoit vers 8 h 30 l’ordre suivant :
« Portez vous avec votre bataillon sur les crêtes rocheuses qui sont à l’ouest de SMOKVICA et qui sont orientées du nord au sud. Liaison au nord avec le bataillon BERECKI du 148e, au sud  avec le bataillon BOITEL du 148e qui occupe KOVANCE. Vous relèverez sur ces crêtes deux compagnies du 148e qui rentreront à leur bataillon.
Mission : tenir ces crêtes contre un ennemi qui vient de l’ouest et qui occupe déjà PETROVO.
Vous vous organiserez défensivement aussi fortement que possible.
Renseignement : L’ennemi parait être en force dans la direction de PETROVO et de MIROVCA. »

Le bataillon BAUDOIN pourra remplir assez facilement sa mission. Il recevra dans la journée de nombreux coups de fusils et devra aussi repousser un certain nombre de reconnaissances ennemies.

Pertes : 1 tué – 7 blessés.

Monsieur le Sous Lieutenant HAAS adjoint au Colonel reprend le service à la 8e compagnie.
Monsieur le Lieutenant DE LASSUS, officier téléphoniste remplit progressivement les fonctions d’adjoint au Chef de Corps.

Glossaire

OLIVIER Louis François 2ème Classe

Présentation

Date de naissance:

 12/03/1891

Lieu de naissance:

 Cuts

Département:

 Oise

Classe:

 1911

Matricule au corps:

 3533

Lieu recrutement:

 Compiègne

Date du décès:

 30/09/1914

Lieu du décès:

 Maricourt

Département:

 Somme

Cause du décès:

 Disparu au combat déclaré décédé par jugement déclaratif

Date de transcription:

 23/12/1920

Lieu de transcription:

 Cuts

Département:

 Oise

Fiche Mémoire des Hommes

 Olivier Louis

Informations complémentaires

 


Date de création : 30/04/2010 ! 15:09
Dernière modification : 30/04/2010 ! 15:16
Catégorie : JMO-1914 à 1919 - Campagne d'Orient
Page lue 2337 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !