Recherche
Abonnez-Vous
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
34 Abonnés
 ↑  
JMO-1914 à 1919
 ↑  
Découvrir
 ↑  
Amicale 45e RI
 ↑  
Historique du 45e RI
 ↑  
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER
Chantal KOOB/LEFIN
Paul LEFIN

 ↑  

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://45eri.lescahiersdhistoire.net/data/fr-articles.xml

1er  Octobre 1914


L’ordre d’opération comporte un mouvement  offensif toujours avec les mêmes objectifs mais la violence de la résistance ennemie  empêche tout mouvement en avant. On tient sur les positions. Deux btns du 79e viennent occuper le ravin de  SUZANNE à  MARICOURT.

2 Octobre 1914


L’ordre d’opérations du 20e C .A comporte un mouvement offensif vers MAMETZ  FRICOURT.
Deux btns du 45e  (2e Cdt Strauss – 3e Cdt Marconnet) maintiendront solidement l’occupation face au nord et à l’est du village et du bois de MARICOURT.
Le Colonel commandant la Brigade donne l’ordre de maintenir en tout état de cause la possession du front occupé et de maintenir les troupes prêtent à passer à l’offensive au 1er signal.
Pendant la journée la canonnade est toujours aussi furieuse et l’on continue à tenir sur les mêmes positions qui ont été de plus en plus fortifiées.
A 15h 30 arrive l’ordre de prendre les dispositions pour rentrer  à SUZANNE où le 45e occupe les cantonnements affectés au 69e qui est remis à la disposition de la 11e Division.
Un btn occupera les tranchées dans le ravin de Suzanne.

3 Octobre 1914


Le régiment est au repos à SUZANNE, moins 1 btn qui occupe les tranchées de SUZANNE. Relève à la nuit du btn Marconnet par le btn Strauss.

4 Octobre 1914


Cantonnement à SUZANNE et occupation des tranchées de SUZANNE dans les mêmes conditions que la veille. On procède à la réorganisation du Régiment très éprouvé par les pertes. Le Colonel fait des nominations pour reconstituer les cadres.

5 Octobre 1914


Le 1e btn Cdt FOUCHET est envoyé à la cote 107 (position défensive) sur la route de BRAY à ALBERT à mi distance entre ces 2 localités.
Le btn Strauss (2e) est envoyé à la cote 100 et à la ferme BRONFAY (position défensive)

6 Octobre 1914


Occupation par le Rgt de la position de la ferme  BRONFAY – BILLON – CARNOY.
Le 1e btn reste à la cote 107, les 2e et 3e btns s’installent à BRONFAY où commencent les tranchées et les travaux de défense.
La mise en état de défense de la position BRONFAY – BILLON – CARNOY fait l’objet de croquis établis par le Corps et qui complètent le travail fait par le service du Génie.
Ce service possède tous les détails d’organisation qui sont conservés dans ses archives et son journal de marche. Le détail des opérations de mise en état de défense ne figure pas au présent journal, il y a donc lieu de se rapporter aux documents du Service du Génie qui travaille de concert avec les troupes d’Infanterie se succédant sur les positions et dans les différents secteurs.

7 Octobre 1914


Continuation de l’occupation de la position. L’ordre arrive de renforcer les tranchées
et d’organiser des centres de résistance. Un compte rendu détaillé de mesures prises est envoyé à la Brigade (21e Bgde – 11e Div. – 20e C.A)
A 17h 30 le 1er Btn reçoit l’ordre de modifier les emplacements des cies du 1er btn.
2 cies LE CARCAILLOT (?) – 2 cies DERENANCOURT

8 Octobre 1914


Canonnade assez vive sur tout le front occupé. Continuation des travaux de défense. On perfectionne l’organisation pour le jour et pour la nuit.
Dans la soirée se produit ver la droite une attaque ennemie très vive vers MARICOURT et CURLU vers le moulin de PARGNY
L’attaque est extrêmement violente vers DOMPIERRE et BECQUINCOURT.

Attaque de nuit de Bécourt

Extrait de « Les Gars du 26e »

Souvenir du commandant du 26e RI, de la division de fer

Général H. COLIN, 1932


...Il pouvait être à ce moment entre 3 heures et 4 heures du matin, et je venais de recevoir par un agent de liaison la nouvelle que le commandant Weiller tenait toujours dans le château.

Quand il commence à faire petit jour, je m’aperçois que la 11ème Compagnie s’est arrêtée dans les tranchées situées dans le prolongement de celles de la 6ème Compagnie, sans aller jusqu’à la lisière des bois. Je lui envoie par écrit l’ordre de se porter en avant, et vers 5 heures elle commence son mouvement saluée par quelques 77.

A ce moment, je reçois coup sur coup deux bonnes nouvelles.

 D’abord du commandant Weiller par l’agent de liaison Goret, qui m’annonce qu’il a déjà fait 96 prisonniers, dont le lieutenant-colonel qui a dirigé l’attaque ; puis du lieutenant Godard qui me rend compte qu’il est arrivé au château et qu’il a exécuté entièrement mes ordres. Il a aussi fait des prisonniers dans les bois.

Enfin, un jeune capitaine du 45 R.I. dont j’ai le regret d’avoir oublié le nom se présente à moi et me dit qu’il arrive en renfort avec sa Compagnie, pour se mettre à ma disposition.

C’est parfait. Je lui donne l’ordre de prolonger à droite l’action de la 11ème Compagnie du 160ème et de contourner Bécourt par le sud. Il se portera ensuite à l’est de la localité afin d’achever l’encerclement des Allemands, en occupant la seule porte de sortie qu’ils aient par le ravin de Contalmaison. Il exécute parfaitement les ordres donnés ; poussant dans les bois au Sud-est du château pendant que la 11ème Compagnie du 160ème, sans avancer plus avant, recueillait les Allemands qui venaient se rendre.

Ceci fait, j’envoie un compte rendu sommaire au général Gérôme, lui indiquant les dispositions prises et les résultats obtenus avec un nombre respectable de prisonniers......

....Je vais voir dans l’après midi Mme et Melle de V…. Toujours dans leur cave, où elles sont restées en prière toute la nuit, pendant qu’on se battait au-dessus de leurs têtes. Elles sont maintenant rassurées, mais sont passées par bien des angoisses. A la nuit, la Compagnie du 45 R.I. et la 11ème Compagnie retournent à Meaulte......
......Le soir, je reçois un télégramme du général commandant le 20ème C.A. qui « adresse ses félicitations au général commandant la 11ème D.I. au chef qui a dirigé la contre-attaque, aux officiers et hommes qui l’ont exécutée »

Ceci me prouve que le général Balfourier ignore le nom du chef qui a dirigé la contre-attaque, et que mon rapport ne lui est pas encore parvenu.

En effet, le 26ème R.I. n’était pas sous les ordres de ses chefs habituels. Les unités qui avaient participé à cette affaire appartenaient aux 26ème, 160ème et 45ème R.I. faisaient partie de la Brigade Gérôme.

Enfin, le général Ferry commandant la 11ème division était à la ferme Bronfay, à une quinzaine de kilomètres du lieu du combat.

Le résultat de cette situation était que le « chef » qui avait conduit la contre-attaque n’avait reçu pour tout encouragement, au cours de cette nuit tragique, qu’une note sévère demandant des renseignements et lui rappelant qu’il était responsable du maintien intégral de la position. Ensuite, quand tout alla bien, et que je commençai à envoyer des prisonniers, silence complet, sauf l’ordre de rendre compte « quel était l’officier responsable de la percée faite par les Allemands, et quelle sanction j’avait prononcée ». Le commandant Weiller était nettement visé. Je m’empressai de le couvrir dans mon rapport et on n’en parla plus....

.....Une fois l’attaque allemande brisée par le feu, tout le poids de l’offensive revint aux secteurs de la 9ème Compagnie du 26ème R.I. qui exécutèrent la manœuvre d’encerclement. Celle-ci fut terminée par le mouvement de la compagnie du 45ème R.I et par les feux de la 12ème Compagnie du 26ème R.I. qui, de ses tranchées, battait la porte de sortie du ravin de Contalmaison.....

 

 Becourt_08_10_14.jpg

 

 

 

9 Octobre 1914


Dans la journée, la réserve et le poste de commandement du colonel sont transportés dans le ravin N.O de SUZANNE à l’est de la cote 100 et à 1 km S.O de BRONFAY (ravin surnommé au Rgt RAVIN de la QUIETUDE)

10 Octobre 1914


Mêmes dispositions que la veille    .
Dans la soirée le btn Strauss (2e) relève à CARNOY le 4e Btn de Chasseurs.
La section de mitrailleuse accompagne le btn Strauss, relève sans incident.

11 Octobre 1914


Mêmes dispositions que la veille    .
La ferme de BRONFAY est canonnée.

12 Octobre 1914


Comme la veille, journée relativement calme. Des ordres sont donnés pour tacher par cheminement de gagner du terrain vers MAMETZ et la cote 125.

13 - 14 Octobre 1914


Sans aucun changement

15 Octobre 1914


A 3h du matin se produit une attaque assez vive sur CARNOY venant de MONTAUBAN.
A la nuit le btn Marconnet (3e)  est envoyé à la cote 104 sur la route de PERONNE au sud de CARNOY. Il est remplacé sur ses emplacements par un btn du 224e
Pendant toute cette période  les travaux poursuivis sont activement menés, le service du Génie coopère à la confection de défenses accessoires.

Glossaire

ALBERT Cyr Marie 2ème Classe

Présentation

Date de naissance:

 18/02/1891

Lieu de naissance:

 Le Theil

Département:

 Ille et Vilaine

Classe:

 1911

Matricule au corps:

 3755

Lieu recrutement:

 Vitré

Date du décès:

 22/08/1914

Lieu du décès:

 BONNINE

Département:

 Belgique

Cause du décès:

 Disparu déclaré décédé par jugement déclaratif

Date de transcription:

 

Lieu de transcription:

 Le Theil

Département:

 Ille et Vilaine

Fiche Mémoire des Hommes

 Albert_cyr_22_08_14.jpg

Informations complémentaires

 


Date de création : 26/04/2009 ! 19:51
Dernière modification : 07/08/2009 ! 13:45
Catégorie : JMO-1914 à 1919 - Année 1914
Page lue 2414 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !