Recherche
Abonnez-Vous
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
34 Abonnés
 ↑  
JMO-1914 à 1919
 ↑  
Découvrir
 ↑  
Amicale 45e RI
 ↑  
Historique du 45e RI
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER
Chantal KOOB/LEFIN
Paul LEFIN

 ↑  

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://45eri.lescahiersdhistoire.net/data/fr-articles.xml

BATAILLE DE GUISE

Là-bas, le combat est engagé. On entend que l'affaire est chaude. La fusillade est nourie, la canonnade très violente. Des convois de blessés défilent devant nous.

L'après-midi se passe en marches et contre-marches, ordres et contre-ordres.

Le soir nous prenons position entre Landifay et le Hérie-la-Viéville.

Quand la nuit est tombée, le bruit s 'apaise un peu, et on entend le clairon allemand sonner le rassemblement des troupes qui battent en retraite.

A minuit, nous occupons Le Hérie-la-Viéville et, couverts par des avant-postes de combat, nous couchons sur le terrain. C'est le classique champ de bataille, avec ses morts, ses blessé gémissants, et l'ignorance de la nuit.

A une heure du matin, le 3ème bataillon reçoit l'ordre de se mettre à la disposition du Général Gallet, commandant la 1ère Division d'Infanterie, dont une des brigades, celle du Général Sauret, va tenter une attaque de nuit. En cas d'échec de cette attaque, le 3ème bataillon soutiendrait le repli de la brigade.

Hélas ! L'attaque de nuit va échouer. Et dès le petit jour, les mitrailleuses allemandes accélèrent le repli des attaquants. Sous la fusillade et la canonnade, le 3ème bataillon restera en position jusqu'à midi, permettant aux unités d'attaque de se reconstituer derrière lui.

Pendant ce temps ; le 1er bataillon devait, en occupant la lisière nord-ouest du village de Le Hérie, permettre au 1er Corps d'Armée, engagé en avant, de se replier, lui aussi.

Vers midi, le régiment recevait l'ordre d'abandonner Le Hérie que l'artillerie allemande venait d'incendier.

Date de création : 19/01/2013 ! 11:17
Dernière modification : 20/01/2013 ! 07:43
Catégorie : Historique du 45e RI - Le 45e RI en 14-18
Page lue 843 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !