Recherche
Abonnez-Vous
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
34 Abonnés
 ↑  
JMO-1914 à 1919
 ↑  
Découvrir
 ↑  
Amicale 45e RI
 ↑  
Historique du 45e RI
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER
Chantal KOOB/LEFIN
Paul LEFIN

 ↑  

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://45eri.lescahiersdhistoire.net/data/fr-articles.xml

BELGIQUE


Le 4 Août 1914, la guerre avait été déclarée : on s'en doutait un peu … Le 5 Août, on lit aux troupes l'instruction suivante :
« La situation est modifiée vis à vis de la Belgique. Le survol des avions est autorisé à de grandes hauteurs.
Les reconnaissances de cavalerie peuvent passer la frontière, à la condition d'être, au maximum, forte d'un escadron.
Les postes d'Infanterie peuvent se rapprocher de la frontière sans toutefois les franchir jusqu'à nouvel ordre et nouer des relations avec les postes Belges voisins.
Les postes de douaniers peuvent fraterniser.
En tout cas il ne faut éveiller à aucun degré les succeptibilités d'une nation amie et alliée. »


La charmante ingénuité de cette communication (avions à grandes hauteurs, reconnaissances d'un escadron au maximum, interdiction de franchir la frontière, mais conseil aux petits postes de 4 hommes de se lier d'amitié avec la Belgique) ne nous apparut pas sur l'heure. Au contraire, l'effet de l'instruction fut considérable pour nous : nous apprenions notre alliance avec la Belgique et nous comprenions que le moment n'allait plus tarder de marcher en avant.

Quelques heures plus tard le Général Sordet commandant le corps de cavalerie que devait appuyer le 45ème envoyait l'ordre suivant :
« Notre corps de cavalerie se porte aujourd'hui 6 Août en Belgique au nord de la Semois, avec mission de préciser les contours de l'ennemi, de retarder ses colonnes et de déblayer la région de la cavalerie ennemie. »
La 8ème brigade appuie ce mouvement. Le 45ème a pour mission de tenir, dès aujourd'hui, les débouchés au nord de la Semois sur le front : Bouillon, Rochehuat et Vresse. »


Alors allait commencer pour le régiment la plus belle journée de ce mois d'Août, le 6 Août 1914.
Le temps était radieux. Dès les premières heures on avait vu arriver à Mézières et à Mohon 40 autobus de la ville de Paris. L'âme des Parisiens en vibrait d'émotion et d'enthousiasme. Des autobus …
Les uns affirmaient sur leurs toitures que les Galeries Lafayette vendaient le meilleur marché de tout Paris. Les autres portaient en exergue une inscription à l'humour macabre : « Ravitaillement en viande fraîche ». L'un d'eux avait pour conducteur Dorville l'acteur comique.


Les autobus, par la magnifique forêt des Ardennes, allaient conduire le 1er et le 2ème bataillons à Rochehaut et à Vresse.

Le petit chemin de fer vicinal de Sedan débarquait le 3ème bataillon à Corbion. De là, le bataillon gagnait à pied Bouillon par une route admirable qui, à travers les noirs sapins et les vertes clairières où couraient des eaux vives, aboutissait, après avoir dominé les méandres de la Semois, au pied du vieux château de Godefroy de Bouillon.


Qui ne se souvient de l'accueil délirant que nous fit la population Belge ? Au milieu des cris de « Vive la France » nous défilions littéralement sous les fleurs.


Du pain, du beurre, des confitures, des fruits, du café, des boissons, nous étaient apportés à pleins paniers et à pleins brocs, nos poches étaient bourrées de tabac, de cigarettes et de cigares, et aussi de médailles pieuses. Détail touchant : on nous apportait, avec les cartes postales offertes, un petit morceau de crayon pour rédiger les nouvelles qu'on se chargerait de faire parvenir à nos familles.


Et là dessus, un soleil resplendissant, une atmosphère chaude et toute chargée de la senteur merveilleuse de la forêt voisine.


Mais dans la nuit parvenait le bulletin de renseignement suivant :


« Le Luxembourg paraît occupé par le 8ème corps Allemand ; plusieurs milliers de soldats Bavarois sont signalés, ce soir même, à proximité d'Arlon – Quatre corps d'Armée Allemands seraient dans la région de Liège – Le 18ème hussard Allemand est passé par Chirain près d'Houffalize ».


Arlon, c'était à quelques kilomètres à notre droite, Houffalize un peu plus loin, au nord, devant nous.


Le 7 Août allait commencer à travers le sud de la Belgique une marche en avant, coupée d’arrêts, de reprises, de déplacements brusques et inattendus qui allait à ce point déconcerter les Allemands qu'ils nous avaient surnommés : Le Régiment Fantôme.

Date de création : 19/01/2013 ! 11:09
Dernière modification : 19/01/2013 ! 20:15
Catégorie : Historique du 45e RI - Le 45e RI en 14-18
Page lue 805 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !